Fonctionnement

Élections de la fonction publique : la CGT devant FO et la CFDT

Par Agnès Redon | Le | Mandats

Les élections professionnelles, qui se sont déroulées du 1er au 8 décembre 2022, ont été marquées par le recul de la CFDT, désormais à la troisième place. Par ailleurs, certaines organisations syndicales ont déploré « le mauvais déroulement » de ces élections, ainsi « qu’un fort taux d’abstention ».

Élections de la fonction publique : la CGT prend la première place, devant FO et la CFDT - © D.R.
Élections de la fonction publique : la CGT prend la première place, devant FO et la CFDT - © D.R.

Résultats définitifs

Les résultats définitifs des élections professionnelles pour les comités sociaux dans la fonction publique en 2022, publiés par la DGAFP, le 16 décembre 2022 sont les suivants :

  • CGT : 20,9 % des voix (-0,9 point par rapport à 2018) ;
  • FO : 18,7 % (+0,6 pt) ; 
  • CFDT : 18,6 % (-0,4 pt) ; 
  • Unsa : 11,7 % (+0,5 pt) ; 
  • FSU : 9,1 % (+0,5 pt) ; 
  • Solidaires : 5,8 % (+0,8 pt) ; 
  • CFE-CGC : 3,9 % (+0,5 pt) ; 
  • FA-FP : 3,1 % (-0,4 pt) ; 
  • CFTC : 2,7 % (-0,2 pt) ;
  • FGAF : 0,3 % (0 pt) ; 
  • Autres : 5,4 % (-0,8 pt).
  • 5,1 millions d’électeurs, dont 2,2 millions d’agents publics ont participé au vote, soit un taux de participation pour l’ensemble de la fonction publique de 43,7 %.
  • La participation a été plus élevée dans la fonction publique territoriale (45,6 %) que dans la fonction publique d'État (44,9 %) et dans la fonction publique hospitalière (37,8 %).

Réaction de la CGT

Dans un communiqué publié le 6 décembre 2022, la CGT a déploré un mauvais déroulement des élections professionnelles dans la fonction publique, avec de nombreux dysfonctionnements.

« Avec plusieurs des secteurs ayant utilisé le vote électronique, de nombreux problèmes d’organisation entravent pour les personnels la possibilité même de voter :

  • inaccessibilité durant plusieurs heures de certains serveurs de vote (Groupe Orange, ministère des Finances, ministère de la Culture, etc.) ;
  • dysfonctionnements dans l’envoi des identifiants de vote indispensables pour la procédure ;
  • erreurs multiples dans des listes électorales, etc. »

Sur ces éléments, la CGT interpelle le gouvernement sur ses responsabilités sur la mise en place des dispositions nécessaires pour assurer le vote. 

Dans un deuxième communiqué du 14 décembre 2022, la CGT annonce qu’elle « poursuivra la construction d’un syndicalisme de transformation sociale, de proximité, offensif et démocratique, en phase avec les préoccupations et revendications des personnels », tout en déplorant l’abstention grandissante, vue comme le reflet du mal-être des agents de la fonction publique.

Si elle salue ses bons résultats, la CGT indique :  « Notre préoccupation première restera la défense des services publics, de ses agents titulaires et contractuels, mais aussi la bataille de l’augmentation générale des salaires, du point d’indice et celle des retraites, dans l’unité la plus large possible, afin de gagner des avancées de progrès social, en rupture avec le projet porté par le gouvernement. »

Réaction de FO

« Ces résultats confortent les revendications de Force Ouvrière, face au gouvernement qui devra plus que tenir compte de nos revendications notamment en matière de salaire et d’amélioration des carrières mais aussi quant à notre opposition totale à la réforme des retraites », indique l’organisation syndicale dans un communiqué du 19 décembre 2022.

Elle regrette, par ailleurs, un faible taux de participation et les dysfonctionnements constatés lors du déroulement des élections.

« A titre d’exemple, celui du vote dans les DDI (directions départementales interministérielles) où face aux difficultés à répétition, décision a été prise finalement de faire voter à l’urne. Dressant le bilan de ces élections ce 16 décembre, FO Fonction publique soulignait ainsi les multiples obstacles rencontrés par des milliers d’agents pour exprimer leur voteLe désordre lié au fiasco du vote électronique en DDI n’a pas découragé les électeurs finalement appelés à l’urne le 8 décembre, dans des conditions pourtant précipitées. Avec plus de 60 % de taux de participation, soit plus que beaucoup de votes électroniques ministériels, le vote à l’urne confirme toute son efficacité en DDI, même si ses conditions d’organisation (sans vote par correspondance) en ont écarté trop d’électeurs ». 

Réaction de la CFDT

« Avec 18,5 % des suffrages recueillis au total dans la fonction publique, la CFDT stabilise son audience. Elle recule malgré tout d’une place au classement des organisations syndicales représentatives dans la fonction publique, légèrement devancée par FO ».

Comme la CGT et FO, la CFDT a dénoncé un déroulement « particulièrement chaotique  » des élections et a également regretté un taux de participation en recul.

« Un mauvais signe, sans doute renforcé par les difficultés que certains ont éprouvé devant la complexité des procédures de vote. Mais surtout un signal inquiétant pour une démocratie qui, scrutin après scrutin, enregistre des taux de participation en baisse. »

Dans un communiqué publié jeudi 15 décembre 2022, la CFDT indique vouloir lancer, « dès les prochains jours, une analyse approfondie pour permettre de répondre encore mieux aux attentes des adhérents et des collègues ».

Transférer cet article à un(e) ami(e)