Syndicats

La CSI déplore les violations des droits des travailleurs dans le monde

Par Agnès Redon | Le | Fédérations et confédérations

« 4 pays sur 5 entravent la négociation collective et un tiers des pays traitent les travailleurs avec une grande brutalité. Des syndicalistes ont été assassinés sur tous les continents ». C’est le sombre tableau que dresse la 9ème édition de l’Indice de la Confédération syndicale internationale (CSI) des droits dans le monde.

Atteintes aux droit des travailleurs : quels sont les pays les plus répressifs ? -
Atteintes aux droit des travailleurs : quels sont les pays les plus répressifs ? -

A travers l’Indice des droits dans le monde, la Confédération syndicale internationale (CSI) classe 148 pays en fonction de leur niveau de respect des droits au travail.

Voici les principaux résultats publiés le 28 juillet 2022.

Les atteintes aux droits les plus flagrants dans le monde

L’Indice répertorie les droits les plus bafoués dans le monde :

  • Hausse de la criminalisation du droit de grève. En 2022, des mouvements de grève ont été fortement limités ou totalement interdits dans 129 des 148 pays étudiés ;
  • Érosion de la négociation collective. En 2022, de graves restrictions à la négociation collective ont été enregistrées dans 117 pays ;
  • Personnes privées et exclues de la protection au travail. En 2022, 115 pays sur 148 ont exclu certaines catégories de travailleurs de ce droit, en invoquant souvent leur statut professionnel. Par ailleurs, 77 % des pays ont exclu des travailleurs du droit de constituer un syndicat et d’y adhérer ;
  • Restrictions à l’accès à la justice. Dans 97 pays sur 148,les travailleurs et les travailleuses n’ont pas eu accès ou n’ont eu qu’un accès limité à la justice, et n’ont disposé d’aucune garantie de bénéficier d’une procédure régulière et d’obtenir justice.
    Des dirigeants syndicaux ont fréquemment été détenus et poursuivis sur de fausses accusations et leurs procès se sont souvent déroulés au mépris des procédures régulières et en l’absence d’impartialité ;
  • Révocation de l’enregistrement de syndicats. Entre avril 2021 et mars 2022, les autorités ont empêché ou révoqué l’enregistrement de syndicats ou ont arbitrairement dissous des organisations syndicales dans 110 pays sur 148 ;
  • Atteintes aux libertés d’expression et de réunion. La proportion de pays qui ont restreint les libertés d’expression et de réunion a augmenté, passant de 26 % en 2014 à 41 % en 2022 ;
  • Arrestations, détentions et emprisonnements arbitraires. Des travailleurs ont été arrêtés et placés en détention dans 69 pays sur 148 en 2022 ;
  • Agressions violentes contre les travailleurs. La proportion de pays qui ont exposé les travailleurs à des attaques violentes a augmenté, passant de 29 % en 2014 à 34 % 2022 ;
  • Assassinats. En 2022, des syndicalistes ont été assassinés dans 13 pays : Afrique du Sud, Bangladesh, Colombie, Équateur, Eswatini, Guatemala, Haïti, Irak, Inde, Italie, Lesotho, Myanmar et Philippines.

Violation du droit des syndicats

Parmi les violations au droit syndical, la CSI note :

Une augmentation du nombre de pays qui privent les travailleurs de leur droit de constituer un syndicat ou d’y adhérer,

La liste est passée de 106 en 2021 à 113 en 2022. Dans 74 % des pays en 2022 (contre 59 % en 2014), des travailleurs ont été exclus du droit de constituer un syndicat et d’y adhérer. Par ailleurs, les travailleurs n’ont bénéficié d’aucune représentation sur leur lieu de travail en Afghanistan, au Burkina Faso, au Myanmar, en Tunisie et en Syrie ;

Dans 87 % des pays, le droit de grève a été bafoué.

Au Bélarus, en Égypte, en Inde et aux Philippines, les grèves ont abouti à la poursuite en justice de dirigeants syndicaux. Au Soudan et au Myanmar, les grèves de protestation contre le pouvoir militaire ont fait l’objet d’une répression brutale ;

Dans 79 % des pays, le droit de négociation collective a été bafoué

Dans l’ensemble des régions, la négociation collective a été mise à mal, aussi bien dans le secteur public que privé. Une surveillance gouvernementale extrême de la négociation collective a été constatée en Tunisie, où la négociation ne peut avoir lieu avec les syndicats sans l’autorisation du chef du gouvernement ;

Des syndicalistes ont été assassinés dans 13 pays

Voici les pays concernés :  l’Afrique du Sud, le Bangladesh, la Colombie, l’Équateur, Eswatini, le Guatemala, Haïti, l’Inde, l’Irak, l’Italie, le Lesotho, le Myanmar et les Philippines ;

Dans 41 % des pays, les libertés d’expression et de réunion ont été refusées ou limitées

Des cas extrêmes ont notamment été signalés à Hong Kong et au Myanmar.

Violation du droit des travailleurs

Parmi les violations au droit des travailleurs, la CSI note :

La région Asie-Pacifique affiche une importante augmentation de la proportion de pays dans lesquels les travailleurs subissent des violences, passant de 35 % en 2021 à 43 % en 2022. En Europe, cette proportion a doublé, de 12 % en 2021 à 26 % en 2022 ;

Les dix pires pays pour les travailleurs en 2022

  • Bangladesh,
  • Bélarus ,
  • Brésil,
  • Colombie,
  • l’Égypte,
  • Eswatini (ex-Swaziland), 
  • Guatemala, 
  • Myanmar, 
  • Philippines,
  • la Turquie.

L’implacable répression des manifestations pour la démocratie et l’interdiction systématique des manifestations et des grèves ont propulsé Eswatini parmi les dix pays les plus répressifs.

Quant au Guatemala, une violence anti syndicale endémique, conjuguée à l’impunité de ses auteurs, empêche toute avancée ;

Dans 66 % des pays, les travailleurs n’avaient pas d’accès, ou un accès limité à la justice

Des cas graves ayant été rapportés au Bélarus, au Guatemala et au Kazakhstan.

L’Afrique a enregistré la plus forte augmentation régionale des restrictions à l’accès à la justice, passant de 76 % des pays en 2021 à 95 % en 2022 ;

Des travailleurs ont été arrêtés et détenus de façon arbitraire dans 69 pays

En 2022, l’arrestation et la détention constante de dirigeants syndicaux ont fait grand bruit au Cambodge, à Hong Kong et au Myanmar.

  • La Confédération syndicale internationale (CSI) est une confédération de centrales syndicales nationales, dont chacune regroupe des syndicats dans son pays. Elle est la porte-parole des travailleurs et des travailleuses au niveau mondial. La CSI représente 200 millions de travailleurs au sein de 332 organisations affiliées nationales dans 163 pays.
  • L’Indice CSI des droits dans le monde décrit les pires pays au monde pour les travailleurs en les classant sur une échelle allant de 1 à 5+ en fonction de leur niveau de respect des droits au travail.
  • Les violations sont consignées chaque année d’avril à mars.

Consultez les résultats de l’Indice des droits des travailleurs dans le monde en 2022 

Transférer cet article à un(e) ami(e)