Syndicats

50e Congrès CFDT : la résolution adoptée à 90,91 %

Par Sylvie Aghabachian | le | Fédérations et confédérations

« Les militantes et les militants ont adopté la résolution, la feuille de route de la CFDT pour les quatre prochaines années, à 90,91 % », s’est félicité Laurent Berger, le secrétaire général, lors de la clôture du 50ème Congrès de la CFDT, qui a eu lieu du 13 au 17 juin 2022 à la Cité Internationale de Lyon. En 2018, lors du Congrès de Rennes, le texte avait été adopté à 87,89 %.

Réélu à la tête de la CFDT, Laurent Berger passera le témoin avant la fin de ce mandat qui s’achèvera en 2026. Il n’a pas voulu annoncer de date de départ. Marylise Léon, qui a été réélue en tant que secrétaire générale adjointe, serait pressentie pour lui succéder.

Laurent Berger - © D.R.
Laurent Berger - © D.R.

 Le vote sur la résolution générale à 90,91 % - © D.R.
Le vote sur la résolution générale à 90,91 % - © D.R.

Lors de ce 50ème congrès, les 1.600 délégués de la centrale, réunis en congrès à Lyon ont adopté trois  amendements mais l’un d’entre eux a fait beaucoup parler de lui. Il s’agit d’un amendement qui concerne la retraite.

A 67,5 % des suffrages exprimées, un amendement affirmant que « l’allongement de l’espérance de vie ne pouvait justifier une augmentation de l'âge moyen de liquidation » a été adopté. Pour Laurent Berger, il n’y a pas de divergences sur le sujet des retraites.

« Le texte disait : “ce qui nous semble le plus juste en fonction de l'évolution de l’espérance de vie, c’est la durée de cotisation” . Il ne disait pas qu’on réclamait l’augmentation de la durée de cotisation. Les militants nous disent que d’un point de vue stratégique, nous n’avons pas intérêt à dire cela. Leur point de vue prévaut. Le report de l'âge de la retraite à 65 ans, c’est hors de question. Et pas plus que nous réclamions de nouvelle hausse de la durée de cotisation hier, nous n’en réclamerons pas demain. La CFDT est déterminée et unie sur les retraites. Nous sommes pour un système plus juste. »

Congrès CFDT à Lyon - © Sylvie Aghabachian
Congrès CFDT à Lyon - © Sylvie Aghabachian

CSE : suppression de la règle des trois mandats successifs

L’autre amendement important concerne les CSE. Aujourd’hui, les élus CSE peuvent endosser, au maximum, trois mandats successifs. Certains articles du projet de résolution proposaient que les mandats de suppléants ne soient pas comptabilisés dans le décompte des trois mandats successifs.

Des syndicats ont proposé à la place, de supprimer la règle des trois mandats successifs pour tous les élus CSE. Et l’amendement a été adopté à 92,93 %. La CFDT portera donc cette mesure dans ses revendications.

Faire bouger les ordonnances travail

Ce congrès a été aussi marqué par l’impact des ordonnances travail sur les élus. Les militants CFDT ont été nombreux à évoquer « les conséquences des ordonnances Travail » et à témoigner de « la dureté de leur mise en œuvre », face à des directions opposées à l’objectif officiellement poursuivi. La CFDT envisage d’interpeller le ministre du Travail pour les faire bouger. « La très faible proportion de CSE mis en place par accord montre que les patrons ont joué solo » selon Laurent Berger.

Accompagner la fatigue militante

L’autre constat de ce congrès a porté sur la fatigue militante : charge mentale, burn-out, risques psychosociaux… « Nous avons entendu et nous allons rapidement réfléchir à mettre en place les accompagnements nécessaires pour ne pas laisser les choses en l’état. Pour que chacun, chacune, trouve le lieu, les personnes, les moments, pour poser son sac, se ressourcer et pour reprendre du peps », déclare Laurent Berger.

Pas d’objectif chiffré sur les adhésions

L’enjeu de ce nouveau mandat est de poursuivre la transformation de la CFDT pour aller davantage vers tous les travailleurs, quels que soient leurs statuts. « Nous avons aussi besoin de redoubler d’effort sur la syndicalisation », a précisé Laurent Berger. Ce sera la mission de Lydie Nicol, élue dans la commission exécutive. Lors du  congrès de Rennes, la centrale s'était fixé un objectif ambitieux  : +10 % d’adhésions. Cette fois Il n’y a pas d’objectif chiffré dans le projet de résolution. « Il n’y en a pas parce que c’est vous qui allez le déterminer, a déclaré Laurent Berger. Concernant le montant de la cotisation syndicale, elle n’est pas trop élevée si nous savons offrir aux militants les services qu’ils attendent, si nous savons bâtir avec eux une relation de confiance. Nous ne croyons pas que le low-cost soit l’avenir du syndicalisme. »

Un bureau national paritaire pour la première fois de son histoire

 • Plus de 50 % des adhérents CFDT sont des femmes ;

• Pour la première fois de son histoire, le bureau national de la CFDT est paritaire depuis le 16/06/2022 ;

• La commission exécutive est paritaire depuis 2014

Transférer cet article à un(e) ami(e)